Une tablette graphique en classe

Utilisation d'une tablette graphique en classe

Qu’est-ce qu’une tablette graphique?

A ne pas confondre avec les tablettes numériques style iPad & co, les tablettes graphiques sont ces plateformes de contrôle avec stylet qui viennent avantageusement remplacer la souris lors de séances de dessins. Si ce système apporte incontestablement un nouveau confort quant aux jolis tracés de courbes, qu’en est-il des autres usages en classe?

Quels usages à l’école?

Destinée plus particulièrement au dessin, la tablette graphique trouve tout son sens quand il s’agit de dessiner à main levée. Le tracé de courbes « naturelles » étant particulièrement difficile à la souris, la manipulation du stylet est beaucoup plus efficace dans la mesure où nous sommes déjà familiarisés avec ce geste. Un programme de dessin comme MyPaint peut alors devenir un outil très intéressant pour faire ses premiers pas et s »exercer au déliement de la main. Quand on sait l’intérêt du dessin pour un enfant, cela justifie déjà pleinement l’utilisation d’un tel outil.

Mais pour une utilisation à l’école, l’intérêt de la tablette graphique ne s’arrête pas là. S’agissant avant tout d’une surface de contrôle, son utilisation sera parfois beaucoup plus fructueuse que le même travail réalisé à la souris; je pense notamment au fait d’écrire. Avez-vous déjà essayé d’écrire avec une souris? C’est l’horreur! Les lettres sont bancales, disproportionnées, et le tracé est tout sauf naturel. Essayez avec une tablette graphique, vous verrez comme les choses redeviennent naturelles; le geste, le rendu, tout y est.
On peut alors trouver de nouveaux types d’utilisations pour cette tablette: pour l’enfant en phase d’apprentissage de la calligraphie qui pourra développer de nouveaux types d’activités, et pour le professeur qui se retrouve avec la possibilité d’écrire sur l’écran qu’il présente à ses élèves lors d’une leçon.

Utilisation conjointe avec un vidéoprojecteur

Couplée à un vidéoprojecteur, votre tablette prendra alors une nouvelle dimension puisque vous allez pouvoir « simuler » un TBI. Attention, j’ai bien dit « simuler », car en effet, même si le stylet sera beaucoup plus avantageux pour écrire ou tracer, il est vrai que certains inconvénients persistent.
Tout d’abord, il vous faudra un vidéoprojecteur suffisamment puissant (lumineux) pour être visible sans devoir faire l’obscurité dans la classe. De plus, il faudra jongler pour ne pas créer d’ombres en passant entre le vidéoprojecteur et l’écran.
D’autre part, l’avantage incontestable du TBI est de pouvoir déposer le stylet sur l’image projetée sur le tableau: je clique directement sur ce que je vois au tableau. Avec la tablette, c’est différent; je vois une image sur l’écran mais je dois déposer mon stylet sur la tablette. Il faudra donc un petit temps d’adaptation pour se faire à ce décalage.

Cet obstacle franchi, la tablette couplée à un vidéoprojecteur reste un outil très intéressant pour de nombreuses applications et ce à un moindre coût comparé aux prix des TBI. Vous pourrez même y trouver certains avantages comme la portabilité.

Avec un programme pilote d’écran comme Pointofix, il vous sera alors possible, à vous et vos élèves, d’interagir facilement avec le contenu présenté à l’écran. De quoi dynamiser fameusement vos leçons!

La reconnaissance de caractères et le panneau de saisie de Windows

Avec l’arrivée de Windows 7, l’utilitaire de reconnaissance d’écriture manuscrite permet de transformer un texte écrit au stylet en texte imprimé puis de le copier dans un document. Voilà de quoi ouvrir de belles perspectives pour des activités d’apprentissages.
Il existe également un panneau de saisie mathématique qui va permettre d’entrer des formules à la main. Regardez plutôt cette petite démo en vidéo.

Quel modèle?

Lorsque l’on parle de tablette graphique à des graphistes, une marque revient souvent, il s’agit de Wacom.
Il existe de nombreux formats, des plus rikikis aux plus somptueux, je vous propose de réfléchir selon votre budget, il existe des modèles peu coûteux.
Personnellement, j’avais tenté l’aventure avec un tout petit modèle déniché en discount il y a quelques années. Un léger film transparent à soulever permet de glisser une feuille en-dessous et de s’en servir comme modèle avec un dessin ou une photo (pratique).
Depuis, j’ai opté pour une Intuos4 pour des travaux graphiques et je dois dire que j’en suis très satisfait. La surface de contrôle me permet de gérer deux écrans 24 et 19 pouces sans difficulté. Plus besoin de film transparent cette fois car je peux directement poser ma feuille sur la tablette, le format étant un petit peu plus large qu’une A4.
Pour une utilisation à l’école,  je pense qu’un modèle intermédiaire comme la Bamboo peut très bien faire l’affaire mais encore une fois, le budget sera déterminant.

Conclusion

Si la tablette graphique est avant tout destinée à un usage graphique comme le dessin à main levée, il n’en demeure pas moins qu’elle s’avérera fort pratique pour écrire et tracer à l’écran. En utilisation conjointe avec un vidéoprojecteur et un pilote d’écran, on se rapproche du tableau blanc interactif (sans véritablement l’égaler). A la fois utilisée par l’enseignant et l’élève, la tablette graphique peut rendre bien des services et permet surtout un confort d’utilisation pour apporter une nouvelle dynamique à la présentation des leçons.

Vous aimez cet article? Partagez-le sur les réseaux !

Une réflexion au sujet de « Une tablette graphique en classe »

  1. Ping : Enseignement | Pearltrees

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *